Quantcast
PUBLIEZ VOTRE CATALOGUE
Nom de la société
Nom du contact
Adresse mail du contact
Titre du catalogue
Dates de validité du catalogue
Région/ville
Sélectionner une ville
  • Tout le territoire
  • Adrar
  • Aïn Defla
  • Aïn Témouchent
  • Alger
  • Annaba
  • Batna
  • Béchar
  • Béjaïa
  • Béni Abbès
  • Biskra
  • Blida
  • Bordj Baji Mokhtar
  • Bordj Bou Arreridj
  • Bouira
  • Boumerdès
  • Chlef
  • Constantine
  • Djanet
  • Djelfa
  • El Bayadh
  • El M'Ghair
  • El Meniaa
  • El Oued
  • El Tarf
  • Ghardaïa
  • Guelma
  • Illizi
  • In Guezzam
  • In Salah
  • Jijel
  • Khenchela
  • Laghouat
  • M'Sila
  • Mascara
  • Médéa
  • Mila
  • Mostaganem
  • Naâma
  • Oran
  • Ouargla
  • Ouled Djellal
  • Oum El Bouaghi
  • Relizane
  • Saïda
  • Sétif
  • Sidi Bel Abbès
  • Skikda
  • Souk Ahras
  • Tamanrasset
  • Tébessa
  • Tiaret
  • Timimoun
  • Tindouf
  • Tipaza
  • Tissemsilt
  • Tizi Ouzou
  • Tlemcen
  • Touggourt
Catalogue
Description du catalogue

Algérie : le pays peut-il encore garder ses frontières fermées ?

Algérie : le pays peut-il encore garder ses frontières fermées ?

La pandémie du coronavirus a empêché des millions d’Algériens de passer les vacances d’été dans leur patrie et a privé le trésor du pays d’importantes quantités de devises.

Publicité

Selon des estimations non officielles, environ 7 millions de ressortissants algériens vivent dans le monde, dont plus de 5 millions rien qu’en France, environ 150 000 en Espagne et 60 000 en Grande-Bretagne.

En mars dernier, l’Algérie a fermé ses frontières terrestres, aériennes et maritimes pour faire face à l’épidémie du virus Corona, et la situation reste inchangée, à quelques exceptions près pour les vols de rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger.

Frontières fermées

Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune a exclu la réouverture des frontières terrestres, maritimes et aériennes du pays, en raison de la poursuite de l’épidémie de coronavirus, que connait plusieurs pays à travers le monde, notamment ceux avec lesquels l’Algérie effectue d’importants échanges.

Entre le 19 mars et la fin juillet dernier, Air Algérie a annulé 4357 vols, soit 1,07 million de sièges.

Compte tenu de la fermeture des frontières maritimes et de l’espace aérien en Algérie, les autorités se sont retrouvées confrontées au problème d’évacuation des citoyens non immigrés bloqués à l’étranger, qui a permis jusqu’à présent le rapatriement de plus de 30 000 citoyens dans leur pays.

Habituellement, les aéroports et les ports algériens sont témoins d’un mouvement important de retour de ressortissants algériens pendant les vacances d’été,

Et chaque été, les immigrés de retour en Algérie transportent des bagages et de l’argent en devises, que ce soit en espèces ou sur des comptes en devises dans les banques locales, qui sont principalement dépensés sur le marché parallèle des devises, et selon les estimations du gouvernement algérien, les envois de fonds des immigrés, annuellement (via les banques) varient de 2 Et 3 milliards de dollars.


Cette année, la fermeture des frontières maritimes, aériennes et terrestres de l’Algérie suite à la crise sanitaire du Covid19, a empêché environ 800 000 immigrés en France seulement de passer leurs vacances en Algérie. Selon des sources officielles, l’incapacité d’un grand nombre de ressortissants algériens à passer leurs vacances d’été annuelles dans leur pays d’origine a des répercussions économiques et sociales.

Sur le plan économique, l’Algérie a accueilli l’an dernier 800 000 personnes venues de France qui ont passé leurs vacances dans le pays, et le nombre aurait été plus élevé cette année sans la pandémie du coronavirus.

Le pays dispose d’importantes recettes en devises s’élevant à 800 millions d’euros (930 millions de dollars) au moins pour ceux venant de France uniquement, avec une dépense moyenne de 1000 euros par personne (1117 dollars).

Mouvement économique

Le militant algérien résidant à Marseille, Youssef Bouaboun, estime que la pandémie du coronavirus a des conséquences économiques, notamment pour les expatriés à l’étranger et pour le pays en général.

La crise sanitaire a empêché les petits marchands expatriés de retourner dans leur pays d’origine, car ils créaient à chaque fois un mouvement économique avec les marchandises qu’ils apportaient avec eux.

La pandémie a également un impact important sur les entreprises gouvernementales de transport maritime et aérien, qui ont privé leurs coffres forts il y a plusieurs mois de devises en échange de réservations de billets à l’étranger, selon Bouaboun.

Il a souligné que l’absence d’expatriés cette année en provenance d’Algérie a largement au ralentissement du mouvement économique et touristique (réservations d’hôtels et de logements) que le pays connaît chaque été.

Il a estimé que le ralentissement du mouvement se ferait surtout dans les zones connues pour la présence d’un grand nombre de ses habitants à l’étranger, comme la région de Kabylie, la capitale, Oran, Sétif, Batna Constantine et Jijel, entre autres.

Avec « l’évaporation des vacances d’été », et son impact sur l’activité économique, car le commerce était florissant pendant les vacances d’été, les compagnies maritimes et aériennes pour lesquelles les vacances d’été représentaient une occasion en or de réaliser d’importants retours financiers sont également affectées. C’est le cas d’Air Algérie, qui est durement touchée par la crise sanitaire et ses répercussions économiques.

À Découvrir Aussi