PUBLIEZ VOTRE CATALOGUE
Nom de la société
Nom du contact
Adresse mail du contact
Titre du catalogue
Dates de validité du catalogue
Région/ville
Sélectionner une ville
  • Tout le territoire
  • Adrar
  • Aïn Defla
  • Aïn Témouchent
  • Alger
  • Annaba
  • Batna
  • Béchar
  • Béjaïa
  • Béni Abbès
  • Biskra
  • Blida
  • Bordj Baji Mokhtar
  • Bordj Bou Arreridj
  • Bouira
  • Boumerdès
  • Chlef
  • Constantine
  • Djanet
  • Djelfa
  • El Bayadh
  • El M'Ghair
  • El Meniaa
  • El Oued
  • El Tarf
  • Ghardaïa
  • Guelma
  • Illizi
  • In Guezzam
  • In Salah
  • Jijel
  • Khenchela
  • Laghouat
  • M'Sila
  • Mascara
  • Médéa
  • Mila
  • Mostaganem
  • Naâma
  • Oran
  • Ouargla
  • Ouled Djellal
  • Oum El Bouaghi
  • Relizane
  • Saïda
  • Sétif
  • Sidi Bel Abbès
  • Skikda
  • Souk Ahras
  • Tamanrasset
  • Tébessa
  • Tiaret
  • Timimoun
  • Tindouf
  • Tipaza
  • Tissemsilt
  • Tizi Ouzou
  • Tlemcen
  • Touggourt
Catalogue
Description du catalogue

Publicité

France – Marché noir des devises : des Algériens poursuivis en justice

Marché noir des devises – 13 Algériens poursuivis en France

Après-demain, lundi 29 juin, 13 algériens vont comparaître devant le juge du tribunal de Lyon pour un trafic lié au marché noir des devises, a rapporté ce samedi l’agence AFP.

Publicité
Publicité
Publicité

Il s’agit de 10 hommes et de 3 femmes principalement poursuivis pour « exercice illégal de la profession de banquier et blanchiment d’argent en bande organisée », Le montant des transactions est estimé à 70 millions d’euros, a indiqué la même source.

11 autres personnes sont poursuivies par la justice pour « concours en bande organisée à une opération de placement, dissimulation ou conversion du produit d’un délit de trafic de stupéfiants ».

La peine maximale est de 10 ans de prison, et peut-être plus pour l’un d’entre eux en situation de récidive légale, selon l’AFP.

Lire aussi : Algérie : l’euro baisse sur le marché parallèle – 27 juin 2020

Les prévenus collectaient de fortes sommes d’argent en devises pour le compte de donneurs d’ordres basés en Algérie et aux Émirats arabes unis, selon l’enquête de la police française.

C’est à Dubaï que le cours du dinar sur le marché parallèle est fixé. Face aux enquêteurs, les accusés ont reconnu partiellement le trafic illégal, sous prétexte de la lenteur des services bancaires et le coût exagéré du change euro-dinar algérien.

À Découvrir Aussi