PUBLIEZ VOTRE CATALOGUE
Nom de la société
Nom du contact
Adresse mail du contact
Titre du catalogue
Dates de validité du catalogue
Région/ville
Sélectionner une ville
  • Tout le territoire
  • Adrar
  • Aïn Defla
  • Aïn Témouchent
  • Alger
  • Annaba
  • Batna
  • Béchar
  • Béjaïa
  • Béni Abbès
  • Biskra
  • Blida
  • Bordj Baji Mokhtar
  • Bordj Bou Arreridj
  • Bouira
  • Boumerdès
  • Chlef
  • Constantine
  • Djanet
  • Djelfa
  • El Bayadh
  • El M'Ghair
  • El Meniaa
  • El Oued
  • El Tarf
  • Ghardaïa
  • Guelma
  • Illizi
  • In Guezzam
  • In Salah
  • Jijel
  • Khenchela
  • Laghouat
  • M'Sila
  • Mascara
  • Médéa
  • Mila
  • Mostaganem
  • Naâma
  • Oran
  • Ouargla
  • Ouled Djellal
  • Oum El Bouaghi
  • Relizane
  • Saïda
  • Sétif
  • Sidi Bel Abbès
  • Skikda
  • Souk Ahras
  • Tamanrasset
  • Tébessa
  • Tiaret
  • Timimoun
  • Tindouf
  • Tipaza
  • Tissemsilt
  • Tizi Ouzou
  • Tlemcen
  • Touggourt
Catalogue
Description du catalogue

Publicité

Le paracétamol en forte dose peut être mortel

Les effets nocifs du paracétamol sur la santé

Lorsqu’il est pris à forte dose et à long terme, le paracétamol présente des risques pour la santé.

Publicité
Publicité
Publicité

En vente libre en pharmacie, le paracétamol a été longtemps présenté comme un médicament safe et sans effets sur la santé. Cependant, les études ont confirmé qu’au-delà de 4 grammes par jour chez l’adulte, le paracétamol peut être toxique pour le foie, et surtout s’il est associé à la prise d’alcool.

Le paracétamol mis en cause

Le décès de Naomi Musenga, une Strasbourgeoise de 22, en décembre dernier, a permet enfin de mettre la lumière sur un médicament longtemps considéré sans risques aux yeux de tous. En effet, le paracétamol est derrière le décès de la jeune femme selon le procureur de Strasbourg en charge de l’affaire.

 Le décès serait à cause d’« une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours ». « La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès », a indiqué le communiqué de la procureur.

Le paracétamol en forte dose est nocif pour le foie

L’excès de paracétamol, va épuiser les capacités épuratrices du foie et une hépatite fulminante potentiellement mortelle peut survenir

Connu sous les noms de marques Doliprane, Efferalgan ou Dafalgan, le paracétamol le médicament du quotidien par excellence qui provoque le moins d’effets négatifs et que l’on garde souvent au fond du sac par précaution et qu’on offre sans réticence à quelqu’un qui se plaint de maux de tête, le mal de gorge ou la fièvre lors d’un rhume.

Le paracétamol n’est pas dénué d’effets indésirables, et sans doute même davantage qu’on ne le pensait, selon une étude britannique. Il est d’ailleurs le deuxième médicament à l’origine des appels au Centre antipoison de Paris, derrière le bromazépam (un anxiolytique).

Quelle est la dose à ne pas dépasser et quels sont les risques ?

Chez l’adulte de plus de 50 kilos, la dose ne doit pas excéder 4 grammes, autrement, le paracétamol devient toxique pour le foie et, plus rarement, pour les reins.

Le foie dont le rôle est de détoxifier ce médicament. Mais dépasser la dose autorisée, les capacités épuratrices du foie sont épuisées et une hépatite fulminante potentiellement mortelle peut survenir. Ce risque devient intense si cette prise est associée à une consommation d’alcool.

En effet, «l’alcool est détoxiqué par le foie selon le même mécanisme que le paracétamol», explique le Pr François Chast, pharmacien à l’hôpital Necker (Paris).

Que faire en cas de problème ?

Dépassée la dose autorisée, une intoxication au paracétamol se manifeste alors dans les 24 heures. Les symptômes sont des nausées et des vomissements, accompagnés parfois d’une transpiration et d’un état léthargique.

Si des douleurs apparaissent au côté droit du ventre, c’est le signe que le foie est atteint. Dans ce cas, l’organe peut être progressivement détruit sous 3 à 4 jours. Cela aboutit, pour les cas graves, à une insuffisance hépatique accompagnée d’hémorragies, d’un œdème cérébral et d’encéphalopathie (inflammation du cerveau), qui peuvent par la suite conduire au décès en l’absence de greffe du foie.

Il est possible de prévenir les complications par l’administration de charbon activé dans l’heure suivant le surdosage. Le traitement de référence reste l’acétylcystéine, dont l’effet est optimal quand il est donné dans les 8 à 10 heures suivant l’ingestion de l’antidouleur.

Chez l’adulte. Pas plus de 4 grammes de paracétamol

Il est recommandé de ne jamais dépasser la dose autorisée, qui est de 4 grammes afin d’éviter toute complication liée à cette prise. La dose est déterminée selon le poids du patient :

  1. Chez l’adulte et l’enfant de plus de 50 kilos : la posologie est de 500 mg à 1 gramme par prise, à renouveler en cas de besoin après un délai d’au moins quatre heures, en veillant à ne pas excéder 4 grammes en 24 heures.
  2. Chez les personnes de moins de 50 kilos : il ne faut pas dépasser 10 à 15 mg par kilogramme et par prise, à espacer d’au moins 4 heures et sans dépasser 60 mg par kilos en 24 heures.
  3. Chez les personnes très âgées et celles alcool dépendantes : trois grammes sont probablement déjà trop au plan hépatique.
  4. En cas de maladie du foie, de jeûne prolongé, d’anorexie ou de malnutrition : Il est recommandé de ne pas dépasser plus de 3 grammes de paracétamol par jour.
  5. En cas de grossesse ou d’allaitement : Le paracétamol peut être pris ponctuellement pendant la grossesse car il ne présente aucun risque pour la mère et l’enfant. De même, pour les femmes qui allaitent.
  6. En cas de douleurs intenses : Pour le Pr Bernard Bégaud, pharmacologue à l’université de Bordeaux « Il est recommandé de ne pas dépasser 3 grammes mais en cas de douleurs intenses on peut monter jusqu’à 4 grammes ».

En somme, Le paracétamol reste le médicament de référence contre la douleur et la fièvre. Il peut être donné aux bébés et aux femmes enceintes. Il est bien toléré et présente peu d’interactions avec les autres médicaments. La dose maximale autorisée ne doit toutefois pas être dépassée sous risque d’atteinte grave du foie.

À Découvrir Aussi