Quantcast
PUBLIEZ VOTRE CATALOGUE
Nom de la société
Nom du contact
Adresse mail du contact
Titre du catalogue
Dates de validité du catalogue
Région/ville
Sélectionner une ville
  • Tout le territoire
  • Adrar
  • Aïn Defla
  • Aïn Témouchent
  • Alger
  • Annaba
  • Batna
  • Béchar
  • Béjaïa
  • Béni Abbès
  • Biskra
  • Blida
  • Bordj Baji Mokhtar
  • Bordj Bou Arreridj
  • Bouira
  • Boumerdès
  • Chlef
  • Constantine
  • Djanet
  • Djelfa
  • El Bayadh
  • El M'Ghair
  • El Meniaa
  • El Oued
  • El Tarf
  • Ghardaïa
  • Guelma
  • Illizi
  • In Guezzam
  • In Salah
  • Jijel
  • Khenchela
  • Laghouat
  • M'Sila
  • Mascara
  • Médéa
  • Mila
  • Mostaganem
  • Naâma
  • Oran
  • Ouargla
  • Ouled Djellal
  • Oum El Bouaghi
  • Relizane
  • Saïda
  • Sétif
  • Sidi Bel Abbès
  • Skikda
  • Souk Ahras
  • Tamanrasset
  • Tébessa
  • Tiaret
  • Timimoun
  • Tindouf
  • Tipaza
  • Tissemsilt
  • Tizi Ouzou
  • Tlemcen
  • Touggourt
Catalogue
Description du catalogue

Publicité

Pourquoi le poisson est bon pour le cerveau ?

Pourquoi le poisson est bon pour le cerveau ?

Il est toujours conseillé de manger des poissons mais pourquoi ? La consommation régulière de poisson semble exercer un effet favorable sur les fonctions cognitives, et en particulier sur le rythme de leur déclin.

Publicité
Publicité
Publicité

 Une étude est mise en place, dans le cadre d’un suivi de longue durée, intégrant 8000 personnes (souffrant ou pas de DMLA), les chercheurs ont évalué l’influence possible de l’alimentation sur le développement de la maladie, ils ont soumis les participants à des tests cognitifs

Le résultat confirme que l’adhésion aux grands principes du régime méditerranéen exerce un effet favorable sur le risque de déclin cognitif, avec en particulier une abondance de fruits et de légumes et une faible consommation de viande. Les chercheurs insistent sur la place du poisson, puisque les tests indiquent que les consommateurs réguliers présentent de meilleures capacités cognitives, et qu’en cas de déclin de ces fonctions, le processus est ralenti en comparaison avec ceux qui ne mangent pas (ou peu) de poisson. Cette observation se maintient après avoir pris en compte une sensibilité génétique à la maladie d’Alzheimer.

À Découvrir Aussi