Quantcast
PUBLIEZ VOTRE CATALOGUE
Nom de la société
Nom du contact
Adresse mail du contact
Titre du catalogue
Dates de validité du catalogue
Région/ville
Sélectionner une ville
  • Tout le territoire
  • Adrar
  • Aïn Defla
  • Aïn Témouchent
  • Alger
  • Annaba
  • Batna
  • Béchar
  • Béjaïa
  • Béni Abbès
  • Biskra
  • Blida
  • Bordj Baji Mokhtar
  • Bordj Bou Arreridj
  • Bouira
  • Boumerdès
  • Chlef
  • Constantine
  • Djanet
  • Djelfa
  • El Bayadh
  • El M'Ghair
  • El Meniaa
  • El Oued
  • El Tarf
  • Ghardaïa
  • Guelma
  • Illizi
  • In Guezzam
  • In Salah
  • Jijel
  • Khenchela
  • Laghouat
  • M'Sila
  • Mascara
  • Médéa
  • Mila
  • Mostaganem
  • Naâma
  • Oran
  • Ouargla
  • Ouled Djellal
  • Oum El Bouaghi
  • Relizane
  • Saïda
  • Sétif
  • Sidi Bel Abbès
  • Skikda
  • Souk Ahras
  • Tamanrasset
  • Tébessa
  • Tiaret
  • Timimoun
  • Tindouf
  • Tipaza
  • Tissemsilt
  • Tizi Ouzou
  • Tlemcen
  • Touggourt
Catalogue
Description du catalogue

Un vol de Ryanair évite un crash en 40 secondes

Un vol de Ryanair évite un crash en 40 secondes

Un rapport sur un incident d’un vol Ryanair de 2015 entre Londres Stansted et Bergerac qui aurait pu être tragique a été publié ce samedi 26 juin par Le BEA, régulateur français de l’aviation.

Publicité

Alors que les conditions météo étaient mauvaises au-dessus de la Dordogne, ce 29 janvier 2015, une alarme a sonné dans le cockpit du Boeing 737 du vol Ryanair entre Londres Stansted et Bergerac.

Selon les données publiées dans le rapport du BEA, l’avion volait à une vitesse anormalement basse au milieu des nuages pendant plus de deux minutes. 

Le pilote a pu redresser l’appareil à temps alors qu’il se trouvait à 250 m du sol. Autrement, l’avion se serait écrasé avec ses 166 passagers à bord dans les 40 secondes à quelques dizaines de mètres de la piste.

Le rapport indique que l’incident est survenu suite à la première préparation de l’approche d’atterrissage, qui a probablement été incomplète ou imprécise et qu’une mauvaise communication dans le cockpit n’a pas permis de rectifier les mauvais choix de guidage du copilote. De plus, certaines des aides à la navigation de l’aéroport sur lesquelles les pilotes s’appuient lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises n’étaient pas opérationnelles ce jour-là.

Le copilote n’avait jamais effectué ce genre d’approche qui permet au pilote de suivre un cap prédéterminé jusqu’à une altitude minimale. Le commandant de bord ignorait que son collègue n’avait jamais effectué ce type d’approche.

Ryanair avait changé ses procédures opérationnelles depuis l’incident, a précisé le BEA.

À Découvrir Aussi